Donner votre Avis

Guides

Getting to the waterfront ... Fishing in the 1st Category Fishing in the 2nd Category

La Grande Siagne

Ce secteur est compris entre le Pont de Tanneron et le barrage anti-sel de Mandelieu. La Siagne y est alimentée en amont par des sources magnifiques et par le lac de Saint Cassien. La richesse alimentaire de ses eaux assure une croissance rapide des espèces piscicoles présentes. Il n’est donc pas rare de piquer des gardons de la taille de la main ou encore des tanches magnifiques, que l’on trouve rarement ailleurs.

Des poissons de belle taille !

La population piscicole dans ce cours d’eau a été largement confortée suite à un plan de gestion piscicole réalisée par l’AAPPMA « Les Pêcheurs de Basse Siagne » . Il offre aux pêcheurs la possibilité de pratiquer toutes les techniques de pêche. Régulièrement des perches de plus du kilo sont capturées.

Les brochets ne sont pas en reste et dans les espaces sauvages, on peut observer un joli bec qui attend ses proies, embusqué dans les branches ou  un rocher. La carpe est elle aussi bien présente, vous pourrez observer des sujets de plus de 10 kg. Aussi, Il n’est pas rare d’apercevoir, dès les premiers beaux jours, de petits groupes de carpes se promener en compagnie de tanches ou encore de gros chevesnes. On dit souvent que cette espèce est aussi difficile à prendre que la truite ! Le chevesne est un beau lutteur. Tout en puissance, il ne se rend qu’après avoir livré un beau combat. Il représente une espèce de choix pour se faire plaisir au bout d’une ligne fine.     

 
Les bons coins de la grande Siagne

Le Pont de Tanneron

A l’aval immédiat de la réserve, on trouve un secteur où de belles perches sont présentes. On peut se faire plaisir avec de petites cuillers à palette tournante (n°2 argentées ou encore jaune fluo) qui décideront les belles zébrées à se faire prendre. Ces perches sont très vives dans des eaux aussi pures. La sensation dans de la ligne est souvent intense et les nombreux coups de tête sont ressentis jusque dans la poignée de la canne. Dans cet espace d’eau rapide où les petits vifs sont nombreux, il n’est pas exceptionnel de piquer une belle fario qui rode dans les parages. Juste en aval, dans les radiers, les chevesnes sont nombreux. Vous pourrez les pêcher avec une grande canne équipée d’un bas de ligne fin, terminé par un petit asticot, ou avec une canne au toc. C’est le poste idéal pour débuter avec cette technique avant de tenter les truites plus en amont sur la haute Siagne
 
Attention ! Pensez à rester loin de la berge ! En effet, si un seul de ces magnifiques cyprinidés vous démasque, il est fort probable que tout le banc disparaisse immédiatement. 
 
L’astuce : une plombée progressive qui fait vraiment la différence ...
 
Pour pêcher dans un courant puissant, il faut bien placer son lest afin que l’appât évolue au ras du fond le plus naturellement possible. Pour cela, il est nécessaire de réaliser sur votre bas de ligne une plombée progressive s’allégeant au niveau de l’hameçon. 
 
Réserve : 500 m en aval du Pont de Tanneron
 

Le parcours de l'Ecluse

Réglementation  départementale de la pêche en 2ème catégorie piscicole (voir carte ci-dessous).
 
L’Ecluse de Pégomas
 
Magnifique secteur où l’on peut pratiquer bon nombre de techniques, modernes ou classiques, qui vous permettront de passer de bons moments au bord de l’eau. Un petit chemin agréable permet de longer sur près d’un kilomètre la Siagne différents faciès.
 
Les secteurs profonds sont bordés par des courants rapides où bon nombre d’espèces viennent chercher leur pitance journalière. Il n’est donc pas rare de voir de très beaux bancs de gardons s’installer sur les tombants de ces postes et pour prendre les proies que le courant leur apporte.
 
La présence du brochet est constante. Il est conseillé de le taquiner avec des poissons nageurs peu plongeants de 10 cm environ. L’attaque est foudroyante ! Véritable coup de marteau dans la canne, affirmant la volonté de ce carnassier pour saisir sa proie.
 
Si vous recherchez en priorité les poisons blancs, l’amont immédiat de l’écluse est un secteur profond qui permet de pêcher notamment à la grande canne.
 
Après avoir appâté méticuleusement votre poste soit au chènevis, soit avec une amorce légère, vous pouvez commencer à présenter votre ligne dans des conditions optimales. La prise de gros gardons n’est pas rare, de bons moments en perspective ! 
 
L’astuce : la bonne canne pour la pêche aux leurres …

Il est préférable d’utiliser un modèle de 2,4 m d’une puissance de 10 à 30 gr qui permet de présenter convenablement les leurres et qui assure une bonne maîtrise des brochets lors des combats. Une tresse de 15/00 assure une prestation optimale des poissons nageurs et transmet toutes les vibrations dans la canne.

Le Pont de Pégomas

En amont du pont, deux très gros postes profonds hébergent nombres d’espèces qui sortent volontiers pour s’alimenter. On peut alors observer de nombreuses tanches et carpes qui fouillent le fond, ainsi que des brochets et des perches qui « surveillent » les vifs en attendant le bon moment pour chasser et se remplir le ventre. Un poissonnet (gardon, chevesne) suspendu par un petit flotteur est l’appât idéal pour tenter les grosses perches qui ne résistent pas longtemps à la tentation. Les vers de terre constituent aussi des aimants pour ce carnassier aux nageoires rouge vif ! Dès que l’eau est teintée, le lombric est vraiment un appât roi ! L’arrivée d’eau de la Mourachone en amont immédiat du pont est l’endroit rêvé pour tenter votre chance avec les superbes anguilles qui rodent. Un gros vers de tête présenté sur une plombée coulissante le soir ou le matin de bonne heure est souvent le meilleur moyen de décider ce superbe poisson à mordre. Si vous voulez vous essayez la carpe, c’est aussi le bon endroit. Les bouillettes n’ont pas leur pareil pour réaliser une présentation au cheveu. A la touche, ferrez amplement et conserver la canne bien haute. Après, ce n’est que du bonheur ! 

 
L’astuce : un bas de ligne qui résiste !
 
Le brochet a des dents qui sectionnent les bas de ligne en nylon. Pour éviter de perdre une belle pièce, il est préférable d’équiper votre montage avec un bas de ligne en acier. Ainsi protégé, vous pouvez tenter votre chance en toute sécurité!
 
La Cascade de la Fénerie
 
Cet endroit est magique ! Que l’on pêche en amont les gros gardons et les chevesnes ou que l’on profite de la présence des carpes, toutes les conditions sont requises pour faire une belle pêche et passer une bonne journée. Cet endroit dégagé est idéal pour toucher également un beau brochet. En effet, il n’a pas pareil poisson pour bondir sur sa proie. Véritable flèche, il démarre en trombe et la saisit par le travers. Amateur de vifs de belle taille, le brochet se nourrit de poissons tels que gardons et chevesnes. Une présentation de l’une de ces deux espèces en vif  suspendu dessous un flotteur est souvent le bon moyen pour décider le carnassier à mordre. L'Anguille est également présente dans le secteur aval. En effet, la sous berge est creuse et les gros rochers de la cascade hébergent une importante population d'anguilles. Une ligne équipée d’une plombée coulissante qui présente un beau lombric est souvent l’arme absolue pour les décider à morde. Une canne de 3,5 m d’une puissance de 10 à 40 gr est un très bon compromis pour tenter votre chance. L’anguille est très puissante et file dans sa cache dès qu’elle sent la moindre résistance dans la ligne. Pensez à faire preuve d’autorité pour la faire sortir mais sans brusquerie, sinon gare à la casse ! 
 
L’astuce : une bonne provision de vers de terre
 
L’anguille aime les vers de terre. Pour cela, il est préférable d’en faire une bonne provision à l’avance afin de ne pas en manquer au bord de l’eau. Cherchez un secteur humide et creusez  légèrement la terre avec une bêche afin de récupérer ces invertébrés. Conservez les dans un endroit frais et protégé de la lumière. 
 
Le Stade de Mandelieu
 
C’est le secteur préféré pour la pêche du poisson blanc tel que le gardon et la brème. Le courant est plus lent et régulier, ce qui assure aux poissons blancs de se nourrir tranquillement sans avoir à nager en permanence dans un courant. C’est le coin des grosses brèmes ! On peut voir des sujets de plusieurs kilos qui longent les bordures à la recherche de leur alimentation. Un amorçage précis est un avantage majeur. On peut vraiment se faire  plaisir vu la densité de poisson présente. Les bordures sont facilement accessibles et les postes très marqués, ce qui facilite la pêche à la grande canne à déboîter par exemple. Un flotteur « poire » est idéal pour cette zone à courant lent. La portance d’un tel flotteur assure une pêche précise et facilite la vision des touches. Pour les appâts, l’asticot (pinkies) est idéal pour décider les poissons blancs à mordre, que ce soit entre deux eaux ou encore posé sur le fond. 
 
L’astuce : un hameçon sans ardillon
 
Afin de gagner du temps et de ne pas blesser les poissons blancs que vous allez capturer, il est préférable d’utiliser des hameçons sans ardillon pour présenter vos pinkies et autres appâts vivants. Ainsi, en fin de pêche, vous aurez la possibilité de vider votre bourriche en constatant que les poissons sont en pleine forme !
 
Attention le débit du cours d’eau peut changer à tout moment ! et il n’est pas rare que l’eau monte rapidement suite à un lâcher du barrage  en amont. Il est donc dangereux de s’aventurer dans le lit de la Siagne, même si l’eau semble tranquille et paisible ...

Copyright© 2017 - Federation des Alpes Maritimes Fisheries and Aquatic Environment Protection - Legal notices